Vente immobilière : quels sont les délais à connaître ?

dans

Pour certains, vendre sa maison ou son appartement est un véritable  "parcours du combattant"... Pour d'autres, c'est une "aventure de longue haleine" riche en surprises et en émotions... Pour d'autres, encore, c'est "la fin d'une époque et le début d'une autre vie"... Dans tous les cas, il s'agit d'un projet important pour lequel il est préférable d'être bien accompagné. Car même s'il est possible de se lancer seul dans cette opération, les conseils et l'aide d'un professionnel seront très utiles pour que la vente soit réalisée le plus rapidement possible et au prix du marché. Et à propos de "rapidité" et de planning, il est important de connaître, avant de se lancer, les grandes étapes d'une vente immobilière.

 

 


1ERE ETAPE : REDIGER UNE ANNONCE, 1 à 2 jours

Pour espérer que des personnes s'intéressent à votre bien et que l'une d'entre-elles l'achète, il faut commencer par les informer qu'il est en vente. Et cela passe par la rédaction d'une annonce efficace et complète. Celle-ci devra décrire de manière précise et avantageuse - mais toujours juste - votre logement (localisation, superficie, nombre de pièces, prestations, etc.). Une description qui devra être accompagnée de photos  de qualité. Enfin, il vous faudra estimer votre bien. Un point particulièrement important. Car si on peut être tenté de fixer un prix élevé, il ne faut jamais oublier que les acheteurs comparent avant d'acheter. Un prix trop élevé peut donc faire fuir les acquéreurs. Tout comme une annonce de mauvaise qualité peut ralentir une vente.


2EME ETAPE : TROUVER UN ACHETEUR, 2 À 6 MOIS (ou plus)

A moins d'être devin, la durée de cette phase est inconstestablement celle qui est la plus difficile à prévoir. En effet, une annonce peut, quelques jours ou semaines seulement après avoir été publiée, séduire un acquéreur. Et celui-ci peut se laisser tenter dès la première visite. C'est ce qu'on appelle un achat "coup de coeur". Mais, cette même annonce peut aussi rester sans réponse pendant de nombreux mois.
Cependant, certains facteurs accélèrent la vente, notamment lorsque le bien est estimé à sa juste valeur ou encore lorsqu’il profite d’une bonne localisation. Il faut également avoir en tête que certains logements sont plus recherchés que d'autres. C'est le cas, par exemple, des appartements deux ou trois pièces au coeur des grandes agglomérations. Par ailleurs, un bien "atypique" (de par sa configuration, la disposition de ses pièces, etc.) peut aussi être plus difficile - et donc plus long - à vendre.
Enfin, on note certains écarts de délais conséquents suivant les régions. Ainsi, on sait que la vente d’un bien immobilier à Paris est à ce jour beaucoup plus rapide que celle d'une propriété située en province.

3EME ETAPE : SIGNER LE COMPROMIS, 1 MOIS

Vient ensuite le moment de se retrouver chez le notaire afin de signer le compromis de vente. Dans cet « avant-contrat », en tant que vendeur, vous vous engagez à vous "défaire" de votre bien selon les conditions décidées au préalable (et vice-versa). Il faut en moyenne un mois pour obtenir ce rendez-vous. Pendant ce temps,  vous devrez réunir un certain nombre de documents. A commencer par les fameux "diagnostiques techniques" obligatoires qui composeront les annexes du compromis. Ils devront être réalisés par des professionnels certifiés. Vous devrez donc caler les rendez-vous avec eux. De plus, si votre bien est situé dans une copropriété, des informations relatifs à celle-ci devront vous être remis par le syndic.

 

 



4EME ETAPE : SIGNER L’ACTE DE VENTE, 3 à 4 MOIS

A ce stade, alors que le notaire commence à constituer le dossier de vente, il existe encore plusieurs raisons pouvant conduire à l’annulation de celle-ci. Le compromis remis à votre acquéreur, celui-ci dispose alors de 10 jours à compter du lendemain de la signature pour se rétracter. Et ce, sans avoir besoin d’un quelconque motif et sans devoir vous payer une indemnité. Ce délai légal est incompressible.
Par ailleurs, dans la majorité des cas, l’acheteur finance son acquisition en contractant un crédit immobilier. Ainsi, il est souvent inséré dans le compromis de vente ce qu'on appelle une "condition suspensive d’obtention de crédit" d’une durée minimum d’un mois (mais souvent de 45 à 60 jours) .
Pendant ce temps, votre notaire aura également pour mission de s’assurer que l’Etat, votre commune ou votre Département n’ont pas l’intention d’user de leur droit d’achat prioritaire, aussi appelé droit de péremption. Comptez deux mois pour obtenir une réponse et même... trois lorsque le bien est situé dans un périmètre sensible.

Toutes ces étapes franchies avec succès et l’acte de vente définitif signé, vous pourrez remettre les clés à l’acquéreur. Mais attention : vous ne percevrez pas tout imémdiatement l'argent corresponsant au prix de vente de votre bien. Au préalable, votre notaire devra régler vos éventuels créanciers, le fisc s’il y a un impôt sur la plus-value mais aussi la copropriété si vous êtes son débiteur. Le solde du prix vous sera ensuite versé par virement.