Est-il plus intéressant d'acheter que de louer ?

dans Conseils immobiliers

Environ 60%... C'est le pourcentage de ménages propriétaires en France. Alors qu'en Europe, il est plus proche des 70% selon Eurostat. C'est dire si on est encore loin de la "France des propriétaires" voulue par nos différents gouvernements successifs. Pourtant, l'accession à la propriété est toujours un projet de vie pour une très large majorité des Français. Ainsi, selon un sondage réalisé par l'Institut CSA en 2018, plus de la moitié des locataires (56% pour être précis) rêveraient de devenir propriétaires de leur résidence principale.
Ceci explique pourquoi )à la question;, est-il préférable d'acheter ou de louer, beaucoup répondent spontanément... acheter ! Histoire de ne plus "jeter" un loyer par les fenêtres. Pourtant, la réponse n'est pas toujours aussi simple...

 

POURQUOI ACHETER un bien immobilier ?

Pouvoir enfin être vraiment chez soi et aménager son bien comme on l'entend... En transformant une pièce en nouvelle chambre ou en ouvrant la cuisine sur le salon, par exemple... voici certainement le premier des avantages dont peuvent se targuer les propriétaires. Là où les locataires doivent, le plus souvent, s'adapter et se contenter de décorer et de personnaliser leur maison ou leur appartement. 
Bien entendu, acheter sa résidence principale c'est aussi - et peut être même surtout - investir pour l'avenir et se constituer, "en douceur" un patrimoine immobilier. Les mensualités de remboursement du prêt (qui ont remplacé les écheances du loyer) n'étant pas payées à fond perdu. Un patrimoine qui pourra être transmis à ses enfants. Notons, toutefois, sur ce point, qu'il est possible d'investir dans la pierre dans une optique patrimoniale ou successorale... sans acquérir sa résidence principale mais en se "lançant" dans l'investissement locatif, par exemple.
Être propriétaite est également une "assurance tranquillité" pour certaines personnes. Celles-ci se disant - à juste titre souvent - qu'elles pourront toujours revendre leur bien si elles devaient faire face à un coup dur.
Par ailleurs, la souscription d'un prêt pour acheter sa résidence principale est couplée à une assurance décès et invalidité qui prend le relai en cas de perte de revenus (suite à accident de la vie). Une véritable "bulle d'oxygène" dont ne peuvent profiter les locataires ! 

Évoquons, à présent, la question de la fiscalité. Car, et c'est assez rare pour le souligner, posséder sa résidence principale peut être un avantage en termes d'impôts. Où plus exactement, ça sera le cas lors de la revente du bien. Pourquoi ? Tout simplement parce que la plus-value réalisée ne sera pas soumise au prélèvement forfaitaire unique (la "célèbre flat tax"). Mieux, elle sera même exonérée d'impôt sur le revenu.  Incroyable non ?

 

LOUER, POURQUOI PAS !

À propos d'impôts et de taxes, ce sujet est d''ailleurs à regarder de très près lorsqu'on hésite entre l'achat et la location. Car, au-delà du remboursement des éventuelles mensualités de prêt, le propriétaire de sa résidence principale devra s'accquitter : de la taxe d'habitation et de la redevance d'enlèvement des ordures ménagères (toutes deux dues également par les locataires) mais aussi des impôts fonciers (dont le montant varie en fonction des collectivités locales), des assurances et des gros travaux d'entretien... qui deviennent souvent de plus en plus onéreux avec le temps. Autant dire que l'aspect financier va rentrer en ligne de compte.

Et pas uniquement du point de vue de l'imposition. Certes, aujourd'hui, les taux d'intérêts toujours très bas, permettent de bénéficier de conditions de crédit avantageuses. Mais qu'en sera t-il demain ? De plus, même si dans certains cas le montant du remboursement mensuel peut être identique à celui d'un loyer, ce n'est pas toujours le cas. Et surtout, ce n'est la réalité dans toutes les villes. 

Penser à la revente


Autre aspect financier à ne pas négliger : la question de la revente ! En clair, la valeur de la maison ou de l'appartement que vous envisagez d'acquérir va t-elle augmenter dans les années qui viennent ? Et à quel rythme ? Plus rapidement que l'argent que vous pourriez placer en restant locataire ? Bien entendu, répondre à ces questions et anticiper ce que sera demain n'est pas chose facile. Pour vous donner quelques clés afin de vous "aider" dans vos calculs, sachez que cela dépend de la durée pendant laquelle vous allez garder votre résidence principale et encore une fois, du lieu où vous envisagez d'habiter.  

Mais l'argent n'est pas tout et ne fait pas tout. Même si, pour beaucoup, le premier frein à l'accession à la propriété est l'insuffisance de revenus et la non possibilité de s'appuyer sur un apport personnel pour décrocher un prêt.

Certains choisissent de rester locataire... par choix ! Parce que c'est un moyen, par exemple, d"habiter dans un appartement ou une maison "de standing" (ou situé en plain coeur de ville) qu'ils n'auraient pas les moyens de s'offrir. Etre locataire, c'est également une facilité quand on est amené à déménager souvent pour des raisons familiales ou professionnelles. On comprend aisément qu'il est plus simple et rapide de donner son préavis que de mettre en vente son bien et de se relancer dans un achat.

En réalité, quand on y regarde de plus près, la décision d'acheter ou de louer varie beaucoup en fonction de l'âge et de choix ou de périodes de vie. Ainsi, quand on démarre dans la vie active, on peut estimer que la location est une "bonne chose". Ou du moins une solution raisonnable et une période intermédiaire qui va permettre de concrétiser un certain nombre d'autres projets. Comme une expérience professionnelle à l'étranger, c'est également l'occasion de découvrir plusieurs villes et différents quartiers. Avant de choisir le lieu où on souhaite s'installler pour une longue période et donc... d'acheter !